Les Amis du Cher Canalisé
Les Amis du Cher Canalisé

LA SAGA RÉSUMÉE DU CHER CANALISE

Mise à jour du 3 octobre 2009

Avant la canalisation:

 

Le Cher était navigué bien avant Jésus-Christ, comme beaucoup d'autres cours d’eau. Dès le XVIème siècle, pour le transport de marchandises, des grosses embarcations font leur apparition et naviguent en périodes de hautes eaux, uniquement à la descente en s'aidant du courant naturel. Les premiers moulins à eau font leur apparition. Des digues et barrages sont implantés pour canaliser le bief de chaque moulin. Pour le passage des bateaux des PERTUIS étaient aménagés par les meuniers et le passage était souvent payant.

 

1828 :

  • Début de la réalisation du canal de Berry entre MONTLUÇON et NOYERS SUR CHER

 

 

L’écluse de Langon - Attroupement au passage d'un bateau     

Canal aujourd'hui à Selles-sur-Cher

1829 :

  • Réalisation du canal de jonction entre le Cher et la Loire, à l'est de la ville de TOURS, au niveau actuel de l'autoroute A 10

 

1836-1841 :

  • Canalisation du Cher entre NOYERS SUR CHER (41), à la jonction avec le canal de Berry, et TOURS (37) avec la construction de barrages mobiles à aiguilles,

1846

  • on dénombre 4700 passages de bateaux dans les écluses du Cher canalisé.

 

1920 :

  • Fin de la navigation de commerce. Le chemin de fer et la route ont  sonné le glas de cette époque.

 

1955:

  •  Le Cher est rayé de la nomenclature des voies navigables, mais il n'est pas déclassé. L'état, propriétaire, concède la gestion du Cher canalisé pour une durée de 50 années aux départements 37 et 41, qui eux-mêmes la concède à un syndicat de communes riveraines dans chaque département. Leur mission étant de maintenir les barrages en état, de prévenir l'action des crues et maintenir le niveau d'eau dans chaque bief.          A cette époque chaque maison éclusière était habitée par deux familles dont les hommes, en plus de leur travail habituel dans une entreprise, s'occupaient des barrages le soir et en fin de semaine.

1989 :

  • Les syndicats lancent un projet de réhabilitation du Cher canalisé à la navigation de plaisance et à la navigation touristique. L'écluse et le barrage de CHISSEAUX (37) sont remis en état.

1990 :

  • Le syndicat du Loir et Cher commence à créer des gîtes dans les maisons éclusières et plus tard, deux bateaux à passagers circulent. Il achète 4 petites pénichettes d'occasion (Narrowboats) pour lancer  la navigation de plaisance.

1997 :

  • Pose des dernières portes d'écluses sur les barrages de Nitray et Roujoux (37). C'est le début du développement : un bateau-restaurant ( La Belandre) et une péniche-hôtel (Nymphéa) s'installent. Des associations reconstruisent des bateaux à l'ancienne et naviguent sur le Cher: Le Jean Bricau, le Valchantray. Le bateau-mouche Leonard de Vinci à Montrichard et le bateau-promenade TASCIACA à                                  SAINT-AIGNAN- SUR CHER

Portes neuves à l'écluse de Nitray - 1997 - Photo Robert Barrouquère

1999:

  • Sur demande de l'Etat, création d'une structure unique chapeautant les syndicats 37 et 41 pour la gestion des travaux de modernisation des barrages :                            Syndicat Interdépartemental du Cher canalisé.

2000 :

  • Le syndicat du Cher 37 fait installer des pontons flottants en amont et en aval des écluses qui n'en sont pas équipées, ainsi que des bornes électriques.

2002 :

  • Le Cher est classé rivière à grands migrateurs : Aloses, Lamproies et Anguilles. Un délai de 5 ans est donné pour réaliser des structures permettant cette migration. Les collectivités avaient prévu des passes à poissons dès l’année 2000 mais la réalisation a posé des problèmes sur les chantiers de modernisation des barrages dans le Loir et Cher (voir ci-dessous en 2004) . Début des travaux de modernisation des barrages dans le Loir et Cher : ce sera en fait de nouveaux barrages de type "vanne-toit". Pour sa part, le syndicat 37 a étudié un projet de passes à poissons entre janvier et juin 2002, c'est-à-dire avant le décret du classement.

2003:

  • La loi n°2003-699 du 30 juillet 2003 prévoit le transfert de propriété des cours d'eau non utilisés pour la navigation de commerce vers les collectivités locales. Mais personne n'est prêt à reprendre (contraintes et coûts inconnus).

2004 :

  • Arrêt des chantiers de barrages dans le Loir et Cher (couts réels très supérieurs au coût prévisionnel : ajout d'une passe à  canoës, ajout de pierres de parement demandé par l'architecte des bâtiments de France, prévisions erronées, etc., etc.)

2005 :

  • Le 25 juillet c'est la fin de la concession; Malgré plusieurs relances du Président du syndicat 37, la Région et les départements font la sourde oreille. Les Préfectures accordent une A.O.T (Autorisation  d'Occupation Temporaire du domaine public) pour une durée d'un an, pour continuer à gérer la rivière canalisée dans l'attente d'une décision.
  • La Région et les départements lancent une étude avec 3 scénarios  possibles             dont un envisage l'arasement (destruction) des barrages.
  • Devant cette menace, une vingtaine de plaisanciers-riverains s'organisent pour créer une association qui deviendra en octobre "Les Amis du Cher Canalisé". Dès nos premières réunions le représentant de la Fédération de pêche d'Indre et Loire est hostile au maintien des barrages, mais des associations nous encouragent.

2006 :

  • Devant le fiasco financier des barrages du 41, le syndicat du Loir et Cher perd pieds et le Cher canalisé devient pour eux un sujet maudit. Le syndicat du Loir et Cher vote sa dissolution.
  • Les Amis du Cher Canalisé modifient leurs statuts pour accueillir les associations nautiques, sociétés de pêche, professionnels du tourisme, agriculteurs irriguant, communes riveraines et particuliers préoccupés par le problème.
  • Des communes du Loir et Cher, sous la houlette du Maire de Thésée et des associations du 41, prennent conscience du désastre et veulent réagir; Ils convient les Amis du Cher Canalisé à une réunion ou, finalement, il sera question que les communes se rallient à notre association afin d'unir nos forces.
  • L'Assemblée Générale adoptera alors de nouveaux statuts en ouvrant le Conseil d'administration à des associations et collectivités locales.
  • Une réunion sur le bateau-restaurant La Bélandre est organisée par le Président du Syndicat 37 entres élus et usagers le 21 septembre. C'est là que l'idée de la reprise de domanialité du Cher par l'EP Loire a été lancée.
  • Le 31 octobre une manifestation sur l'eau est organisée devant le château de CHENONCEAU pour montrer aux médias qu'il y a bel et bien un potentiel touristique fluvial sur le Cher. On verra même des clubs d'aviron de TOURS se déplacer.
  • Les Amis du Cher sont présents dans des manifestations festives :                             "De Biefs en écluses" à VIERZON, la fête du Canal de Berry à NOYERS SUR CHER.
  • 31 décembre 2006 : la loi sur l'eau est promulguée : libre circulation des migrateurs, libre écoulement des sédiments, objectif bon état des eaux pour 2015.

2007 :

  • Le syndicat d'Indre et Loire ne baisse pas les bras. Il demande une A.O.T de 3 ans qui est accordée par la Préfecture. Il change ses statuts pour permettre l'entrée des communes du Loir et Cher situées entre CHISSEAUX et MONTRICHARD , qui sont demandeuses. Mais en fin d'année, des antagonismes politiques font capoter le projet : aucune commune du 41 ne se raccrochera au syndicat du Cher 37.
  • L'association rencontre des élus et multiplie les contacts.
  • Le bureau d'études propose un scénario intermédiaire aux propositions de scénarios faites par la Région : rénovation des barrages à aiguilles, reprise des chantiers de barrages interrompus, réalisation d'un barrage de type "vanne-toit"                                à Civray de Touraine (aval du bief du château de CHENONCEAU).
  • L'association organise la manifestation festive "CHER EN FÊTE" à CHISSEAUX (37), limitrophe des deux département
  • L'association accueille les associations de Ski nautique de Bléré, Les nageurs avec palmes, une société de pêche du Loir et Cher : A.P.P.M.A de Thésée-Pouillé.
  • Le 3 décembre, L'Etablissement Public Loire organise une grande réunion de présentation de l'avenir du Cher en présence des élus et les représentants des usagers : clubs sportifs, association d'environnement, pêcheurs, etc. et les Amis du Cher Canalisé. Afin que chacun dispose d'une vue d'ensemble, ont été présentés par les services de l'Etat, su Syndicat du Cher Canalisé 37, de la Région centre, du Conseil Général, de la Ville de TOURS et de l'établissement Public Loire :
  • Un état des lieux du domaine public fluvial, les conditions de mise en œuvre de la directive-cadre Européenne sur l'eau, l'état d'avancement des SAGE Cher Amont et Cher Aval, les conclusions de l'étude portée par la Région Centre sur l'aménagement du Cher Canalisé, le devenir du Syndicat du Cher canalisé, le projet de rivière de contournement du barrage de Rochepinard, opération qui permettra s'assurer le franchissement du barrage par les poissons migrateurs et de développer la pratique du Canoë-Kayak en eau vive. Le potentiel de développement des "vélo routes" dans la vallée du Cher interconnectée avec la "Loire à Vélo". Le programme de réduction de vulnérabilité aux inondations des activités économiques de la vallée du Cher en application du Programme Opérationnel pluri régional Loire. Des réunions similaires seraient envisagées dans le Loir et Cher.

2008 :

  • Dissolution du syndicat interdépartemental du Cher canalisé.
  • En avril, les Préfets du 37 et du 41 publient un arrêté stipulant que les barrages ne doivent être remontés que pendant la période du 1er juillet au 15 octobre (respect de la période de migration des Aloses). Les Amis du Cher demandent une dérogation aux Préfets et proposent une solution alternative : les fausses bassinées ou, autrement dit, les éclusées à poissons. Ce courrier sera soutenu par les associations Jean Bricau, Valchantray et Ski Nautique.
  • Laurent Deprick, gérant du bateau-restaurant de Chisseaux, multiplie les interventions médiatiques : presse, télévision, pour sensibiliser l'opinion et les élus sur les conséquences des arrêtés Préfectoraux : c'est la mort annoncée des entreprises de tourisme fluvial.
  • Réunion de crise au local des Avirons de Tours , les Gérants de La Bélandre, de Nymphéa, Isabelle Garcia, présidente du Ski Nautique, Gilles Bac, Président de l'association Valchantray, François Frelon, Président des Avirons de Tours, Roger-Bernard Bouyrie, Président des Amis du Cher Canalisé, ainsi que M Tremolo, Président du Canoë-Kayak de Tours, rencontrent le nouveau Président du Syndicat du Cher 37. Celui-ci nous demande que nous apportions des chiffres sur les conséquences.
  • Rencontre avec Mme la Député Claude Greff pour lui exposer notre proposition et qu'elle transmette au Ministère de l'Environnement, ainsi qu'au Ministre d'Etat Hervé Novelli.
  • Le Président intervient à la télévision sur T.F.1 et sur F.R.3.
  • 18 juin : le syndicat du Cher présente les enjeux, les contraintes et l'avenir de la rivière devant un auditoire fourni. Une excellente synthèse mais beaucoup de questions sur l'avenir.
  • 7 septembre : Les Amis du Cher Canalisé tiennent un stand d'information au Comice Agricole de l'Ille-Bouchard (37), sans trop croire à l'impact. Mais Le Ministre Hervé Novelli, intéressé, visite le stand et demande un dossier sur les "Fausses Bassinées".
  • 13 & 14 septembre : seconde manifestation festive "Cher en Fête" à Chisseaux : une exposition fournie par les Amis du Musée Tasciaca de Thésée-Pouillé-Monthou, des modèles réduits de bateaux ont été appréciés du public, ainsi que des concerts de qualité. Le rendez-vous des élus a permis à l'association de s'exprimer face à notre Présidente du Conseil Général 37 : Claude Roiron et devant les maires et conseillers municipaux et généraux dont M. Kerbriand-Postic.
  • Quelques jours auparavant, le Président a au vent d’un courrier envoyé aux Préfets en janvier 2008  par France-Nature-Environnement, ainsi que par l'union des fédérations de pêche du Centre et du Poitou, qui, d'une part, mettent en cause nos positions et celles du syndicat du Cher, et, d'autre-part, réclament la destruction pure et simple des barrages ! Quoi qu'il en soit, un courrier contradictoire a été envoyé aux Préfets. Ce qui ne cadre pas, c'est que la Fédération de pêche d'Indre et Loire se positionne pour le maintien des barrages, ce qui n'est pas le cas de la Fédération de pêche du Loir et Cher ! Alors que des pêcheurs se plaignent de l'envahissement de la Jussie, on peut se demander où est la cohérence des propos.
  • 18 octobre : M le Ministre Hervé Novelli fait une annonce télévisée sur F.R.3 et TV Tours : les fausses bassinées seront testées sur deux barrages concernant le bief du château de Chenonceau. Ces barrages seront donc remontés en début de saison touristique pour 2009. Si cette disposition est une avancée, et notamment pour le maintien de l'activité du bateau-restaurant, nous aurions préféré que cette mesure soit étendue à tous les barrages et nous l'avons notifié par courrier. Mais cette décision a été prise par le Ministre M J-L Borloo lui-même, confirmé par une lettre de M Hervé Novelli qui précise que les usagers ont deux ans pour présenter un projet de développement touristique viable.

2009 :

  • Nous avons été attentifs au bon déroulement des comptages sur le site de l'écluse de Civray de  Touraine : aucune Alose n'a été recueillie dans le sas.  Nous avons également visité l'échelle à poissons de Savonnières et constaté qu'aucune alose n’était présente en aval de la passe. Nous tirons deux conclusions à ces essais :
  • D'une part ils n'ont pas été faits de façon significative comme devrait l'être les fausses bassinées, mais, ce qui est le plus important, c'est qu'il n'y ait eu aucun contrôle sérieux au niveau de la confluence en aval du barrage de savonnière qui est le premier seuil à franchir.
  • Des pêches électriques ont été faites en aval. De l'avis du stagiaire de l' O.N.E.M.A embauché pour cela, 2009 ne serait pas une année à Aloses.
  • Nous sommes toujours en attente des résultats officiels. Pourquoi ?
  • Quoi qu'il en soit les Amis du Cher espèrent bien que les tests des "vraies" fausses bassinées seront faites en 2010 afin que tout soit clair pour tous les usagers. L'O.N.E.M.A sera avertie au niveau du siège, ainsi que le Préfet et le Ministre Hervé Novelli
  • .
  • En Mai, le barrage de Chisseaux (37) cède devant l'amoncellement des algues et de troncs d'arbres.
  • Voir la video
  • Quand vous serez sur la page de: youtube.com, tapez Chisseaux dans la fenêtre recherche, puis sélectionner "fuite à Chisseaux"
  • Les pêcheurs s'opposent à la remontée tardive des barrages et le font savoir dans les médias écrits.
  • Les amis du Cher Canalisé, ont envoyé un courrier aux conseils généraux et au conseil régional pour leur demander de sursoir au classement des rivières proposées par le S.D.A.G.E 2009. Un groupement de propriétaires de moulins a également fait cette démarche. Le Président du Conseil Général du Loir et Cher a suivi cette requête. Nous souhaitons que Mme la Présidente du Conseil Général d'Indre et Loire suive également cette requête.
  • 5 septembre : Cher en Fête à Chisseaux. L'allocution du Président est claire : "nous voulons des actes". Le Gérant du bateau restaurant "BELANDRE" annonce aux élus présents le transfert du bateau sur la Charente. Consternation et émotions de tous.
  • Fin septembre : Le syndicat du Cher Canalisé rédige une Charte représentant les travaux sur l'avenir du Cher.
  • Début Octobre : Le barrage de Chisseaux est réparé. Le Conseil Général 37 a aidé financièrement à hauteur de 80%.

2012:

  • 15 Octobre : de fortes pluies annoncées suffisamment à l'avance entraînent  la destruction de 5 barrages (Chissay-Civray-Bléré-Nitray-Roujoux), une catastrophe dont on n’avait nullement besoin.
  • Maintenant il va falloir réparer !!!!
  • La tâche s'annonce ardue, il va falloir convaincre toutes les instances concernées de l'utilité des barrages sur le Cher y  compris les détracteurs.
  • L'association est décidée à s'investir et propose son aide au Syndicat du Cher Canalisé. 

 

2013:

  • Mai : l'aide est envisagée après 2 rendez-vous. Nous allons dans un 1° temps financer la fourniture de 40 à 45 mètres linéaires de longrines en chêne, entailler et sceller les crapaudines qui maintiennent les fermes d'un barrage à aiguille.          
  • Ce qui représente la somme d'environ 3000 € pour notre petite association. Allons-nous devoir continuer le forcing !! Nous y sommes prés.
  • 7 Juin : la décision est prise nous commandons 39 ml de longrines chêne pour la somme de 3011€65, qui seront stockées chez le président.
  • 17 Juillet : nous commençons à entailler  les crapaudines pour le maintien des fermes. Le 25 juillet tout est prêt à sceller pour la mise en place sur un barrage.
  • Mi Juillet : la propriétaire du château de Chenonceau et le propriétaire de la Bélandre à Chisseaux alertent les média niveau d’eau trop faible sous le château, péril pour les fondations des piles d’arches du château et plus possible de naviguer sous celles-ci, plus rien ne va….
  • 29 Juillet : le Syndicat du Cher Canalisé obtient, après de longues tergiversations l’accord de la préfecture pour réaliser un barrage provisoire en lego de béton, qui s’avérera inutile, et pour la somme de 20000€. L’eau ne remontera pas de plus de 10 cm ce qui est inutile. Résultat la saison estivale est catastrophique, juillet août les chiffres d’affaires sont en bernes pour Chenonceau, la Bélandre, Canoë Company. Et le Nymphéa ne quittera pas l’écluse de Nitray, pour le propriétaire se sera une année sèche.
  • 28 Août : nous nous attaquons au reste des longrines pour réparer tous les barrages, en accord avec le Syndicat du Cher Canalisé auquel nous avions proposé notre main d’œuvre. Soit 216 ml donc 216 mortaises sur des longrines pesant en moyenne 180 kg. Au total les membres de l’association y passeront 254 heures, et tout sera fini le 24 septembre.
  • 23 Septembre : le Syndicat du Cher Canalisé commence enfin les travaux de remise en état des barrages c’est celui de Bourré (Valagon) qui sera le premier à en profiter, réussite au 2éme essai. Enfin une bonne nouvelle au bout de 11 mois de négociation.
  • 27 Septembre : c’est le tour de Montrichard d’être remis en état et celui-ci recevra les 39 ml de longrines que nous avons achetées (ceci en raison de l’ordre de chargement uniquement) 2 éme bonne nouvelle.
  • 1er Octobre : le 3 éme barrage à être réparé sera Chissay dans de bonne condition malgré un dé à refaire.
  • 3 Octobre : au tour de l’emblématique barrage de Civray qui lui sera remis en état avec difficulté car l’a- sec attendu n’aura pas vraiment lieu, et deux dés seront à refaire. Ensuite une différence d’entraxe des dés en question obligera à démonter des longrines mises en place pour rectifier les équerrages. Il sera terminé le soir mais de justesse.
  • 7 Octobre : le barrage de Bléré est programmé puis repoussé au 14 octobre suite à un week end très pluvieux.
  • 14 Octobre : trop de pluie à nouveau débit du Cher beaucoup trop élevé pour intervenir, remise en état annulée.
  • 16 Octobre : le Syndicat du Cher Canalisé nous annonce l’arrêt des travaux de remise en état des barrages. Donc Bléré ne sera que pour 2014, A quelle date ??????
  • Nous nous sommes battus pendant toute cette année, avons beaucoup travaillés pour faire avancer les choses et prêt à temps, et le résultat, tout s’arrête a Bléré !!!!!! Attendons 2014………………..

 

Bilan annoncé par le Syndicat du Cher :

 

  • Barrage de Valagon (Bourré – 41) :      barrage opérationnel (longrines neuves)
  • Barrage de Montrichard (41) :              barrage opérationnel (longrines neuves).
  • Barrage de Chissay (41) :                      barrage opérationnel (longrines neuves).
  • Barrage de Chisseaux (37) :                  barrage opérationnel (travaux 2003 et 2010).
  • Barrage de Civray (37) :                        barrage opérationnel (longrines neuves).
  • Barrage de Bléré (37) :                          toutes les pièces nécessaires sont là, réparations à faire dès que possible.
  • Barrage de Vallet (37) :                         barrage opérationnel, mais très vétuste, réparation à programmer dès que possible.
  • Barrage de Nitray (37) :                        toutes les pièces nécessaires sont là, réparations à faire dès que possible.
  • Barrage de Roujoux (37) :                    les longrines sont prêtes, réparations à faire dès que possible, les pièces mobiles (aiguilles, fermes, tabliers) sont prévues en 2014.

2014:

  • Le 24 septembre la réparation est envisagée au barrage de Bléré, et si celle ci à réussi il est envisagé de faire celui de Valet le 25. Mais en raison d'une nouvelle montée des eaux le projet est reporté et ne sera que pour 2015. 2014 ne sera pas du tout avec nous et il faudra attendre des jours meilleurs.

2015:

 

  • Le 18 juin le Syndicat du Cher Canalisé annonce qu'il se préparait pour la réparation du barrage de Bléré, mais la météo en décide autrement: de violents orages se sont déclenchés sur l'Indre, l'Allier et le Cher. Une montée des eaux remet a nouveau en doute les travaux.....
  • Le 1er juillet le Syndicat du Cher Canalisé se prépare pour la réparation de Bléré le 3 juillet grâce a de bon débit et des niveaux acceptables.
  • Le 3 juillet a été couronné de succès et les longrines sont remplacées. Le barrages sera terminés dés que possible car des travaux de maçonnerie ont étés nécessaires
  • Le 8 juillet le barrage de Valet est lui aussi réparé, c'est le plus long 51 mètres il reste quelque fermes et tabliers à mettre en place le soir. Nitray ne sera pas fais cette semaine !!!! A quand espérer la suite ?
  • Le 29 août le barrage de Nitray sera réparé grâce à la décision du Président du Syndicat du Cher Canalisé de passer a l'action......
  • Le 15 septembre est annoncé la réparation du barrage de Roujoux le 24 septembre. Parole tenue tout le monde est a pieds d’œuvre et la tache est très compliquée car l'eau ne baisse pas suffisamment pour mener a bien le chantier. Trop d'eau malgré les sacs de sable. Abandon le soir tard suite le 1 er octobre..... Ce jour les 43 mètres sont terminés en toute fin de journée.....
  • Eh bien voila 15 octobre 2012 - 1er octobre 2015 les barrages ont enfin retrouvés leurs états de service.!!!!! Mais cela n'aura pas été sans cris et douleurs, quelle lenteur et quel manque de volonté . Maintenant il va falloir continuer sur la remise en état des écluses et de leurs portes qui sont dans un état de délabrement inquiétant sur l'Indre et Loire !!!!!!!

2016:

Les Amis du Cher Canalisé
Mairie  de Véretz

Rue Moreau Vincent

37270 VERETZ

Téléphone : 33 06 65 52 60 97 33 06 65 52 60 97

Comment nous joindre

Actualités

Retrouvez dès à présent sur notre site Web toute l'actualité de notre association.

Version imprimable Version imprimable | Plan du site
© Les Amis du Cher Canalisé